'Nous sommes en guerre' | 17 mars 2020
Lundi soir, les paroles fortes du Président de la République avaient vocation à frapper les esprits face à l’aggravation de la situation sanitaire, en particulier chez nous en Alsace. En effet, l’épidémie de Covid-19 gagne rapidement du terrain et il dépend du comportement de chacun d'entre nous pour que cette pandémie ne se transforme en catastrophe humanitaire.

Déjà nos hôpitaux sont sous très haute tension. L’armée va déployer un hôpital de campagne en Alsace pour soutenir nos établissements de santé qui sont débordés et le seront encore davantage dans les deux semaines à venir. Dans ce contexte, il faut saluer l’engagement et l’abnégation des médecins et du personnel soignant, nuit et jour au chevet des malades ou des personnes âgées.
 
Il est donc indispensable d’attaquer le problème à la racine, à savoir empêcher le virus de se propager. Les mesures d’hygiène n’y suffisent plus. A présent, les autorités doivent limiter les déplacements de personnes et je vous demande, dans votre intérêt, dans celui des plus fragiles et dans celui de nous tous, de respecter strictement les consignes diffusées par le gouvernement. J’ai moi-même pris des dispositions, dès lundi, en demandant à mes collaborateurs de poursuivre leurs missions sous forme de télétravail. Ainsi sera garanti la continuité du service de la permanence parlementaire sans que leur santé ne soit mise en jeu.
 
Au vu de la situation sanitaire, le Chef de l’Etat a annoncé, fort logiquement, que le second tour des élections municipales sera reporté en juin pour les 5.000 communes dont le scrutin n’a pas été conclusif. Mais qu’on ne s’y méprenne pas, nous restons une démocratie et toute décision majeure devra être validée par le Parlement, qu’il s’agisse de la modification du code électoral ou des mesures d’urgence à prendre pour soutenir notre système de santé ainsi que les entreprises et les commerces qui se retrouveront en difficulté.
 
Quoi qu’il arrive, je continuerai à porter votre parole dans ces débats à venir. Mais là encore, il va falloir s’adapter aux circonstances et imaginer un mode de fonctionnement qui garantisse la santé de tous. Actuellement, 18 collègues et plusieurs fonctionnaires ou collaborateurs parlementaires sont touchés par le virus. Le Président de l’Assemblée nationale doit indiquer rapidement comment permettre à toutes les sensibilités de s’exprimer et selon quelles modalités nous pourrons valablement délibérer, probablement à distance.
 
Nous vivons une période difficile, exceptionnelle. Elle nous bouscule dans nos habitudes, met en péril l’activité économique, met le tissu social sous tension.
Je pense à ceux dont l’entreprise est mise en péril par la crise : des aides gouvernementales seront rapidement mises en œuvre de même qu’un accompagnement pour les personnels frappés par le chômage.
Je pense aux enseignants qui déploient des trésors d’imagination pour transmettre les savoirs à distance : merci pour leur mobilisation.
Je pense aux familles qui doivent accompagner et rassurer leurs enfants dans ces moments de tension : plus que jamais elles sont le socle de la Nation.
En faisant front collectivement et de façon solidaire, cette crise est aussi une occasion extraordinaire pour nous interroger sur l’état de notre société, sur nos priorités, sur les choix qu’il conviendra de faire à l’avenir. Nous constatons déjà que les frontières nationales ne font pas obstacle à l’extension de la maladie et que seule une stratégie de lutte coordonnée à l’échelle européenne nous permettra d’obtenir des résultats tangibles, en particulier pour élaborer rapidement un vaccin.
 
Je compte sur le sens des responsabilités et le civisme de chacune et chacun pour apporter sa contribution à l’effort collectif qui nous est imposé. Et bien évidemment, plus que jamais, je reste à votre disposition et à votre écoute. Vous pouvez me joindre par mail à info@antoine-herth.fr ou par téléphone au 03 88 92 32 45


Antoine Herth | Député du Bas-Rhin
5 rue Roswag 67600 Sélestat


www.antoine-herth.fr

Conformément au RGDP, vous disposez d'un droit de consultation et de rectification des données vous concernant. Votre adresse mail ne sera pas utilisée à des fins commerciales ni cédée à des tiers.
Si vous souhaitez vous désabonner de cette publication, cliquez ici.

Pour suivre l'actualité d'Agir, la Droite Constructive ou adhérer en ligne, rendez-vous sur le site d'Agir.